Accueil > École > Archives

La vie de l’école

Archives - 2016/2017

Archives - 2015/2016

Archives - 2014/2015

Archives - 2013/2014

Archives - 2012/2013

Archives - 2011/2012

Archives

Archives - 2010/2011

Archives - 2009/2010

Archives - 2008/2009

Archives - 2007/2008

Rencontre avec un écrivain : YVES HUGHES (2008-2009)

PORTRAIT DE : YVES HUGHES

JPEG - 11.8 ko

Ecrivain, né à Genève, Yves Hughes a passé une enfance heureuse à Annecy, puis s’est installé à Paris où il habite encore. Il écrit des romans policiers pour adultes et pour la jeunesse, il écrit aussi des scénarios de téléfilms et a écrit des sketchs pour « les guignols de l’info ».
Nous l’avons rencontré dans le cadre de notre séjour à Saint Jean de Sixt. Nous avons réécrit et adapté une de ses pièces en ajoutant de nombreux personnages et joué cette pièce « Tous en Seine ».

Avant de partir, nous avions cherché des informations via Internet et lu un de ses livres « Bête de scène » qu’il nous a dédicacé. Nous avions aussi préparé une interview qu’il nous a accordée un matin, après nos répétitions.
De retour à Paris par groupes de quatre, nous l’avons rédigée en essayant de rester fidèle à ses propos.

INTERVIEW

Un élève  : Nous avons lu que vous avez adoré votre enfance à Annecy, qu’est-ce que vous avez aimé ?

Yves  : D’abord, c’était une petite ville, il y avait beaucoup d’activités sportives et dès qu’il commençait à faire froid, il neigeait et je pouvais faire du ski avec mes copains. J’ai fait toutes mes classes à Annecy puis je suis venu à Paris pour être publié.

Un élève  : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ou qui ?

Yves  : Dans mon enfance et même adolescent, je n’aimais pas lire, je ne lisais pas ou peu. Je n’aimais pas lire car dans les livres il y avait trop de descriptions, pas assez de mouvements, d’actions, les livres me semblaient morts. Jusqu’à ce qu’un jour j’ouvre un livre d’Ernest Hemingway. Dès lors je me suis mis à lire tous ses livres, j’avais l’impression que le livre vivait à mesure que je le lisais, les personnages vivaient, respiraient, parlaient, ils étaient vivants. Ils me donnaient faim, ils me donnaient froid. C’était génial, j’avais découvert qu’un livre pouvait être vivant et je me suis mis à lire des tas de livres pour trouver ceux que j’aimais. Hemingway m’a donné envie d’écrire. Pour moi, ce n’est pas bien de lire, mais c’est bon, bon comme de manger un gâteau.

Un élève  : Quand votre premier livre a-t-il été publié et quel en était le titre ?

Yves : Il a fallu quinze ans pour que mon premier livre soit publié. J’ai écris mon premier roman policier à la façon d’Hemingway quand j’étais au lycée, je l’ai envoyé à tous les éditeurs de Paris qui l’ont tous refusé. Alors j’en ai écrit un autre, refusé et un autre. Je les jetais à la corbeille. J’avais envie d’écrire et j’étais sûr d’avoir un talent. J’écrivais un livre par an et ils étaient tous refusés. Et puis un jour, un éditeur a accepté de publier mon livre, c’était un policier qui se passait entre deux saisons, comme maintenant, à Annecy, depuis il a été adapté pour la télé, son titre était « vieille neige »

Un élève  : Pourquoi jetiez-vous à la corbeille tous ceux qui étaient refusés, vous auriez pu les reprendre ou les reproposer après votre succès ?

Yves  : Je faisais confiance au professionnalisme des éditeurs, s’ils les refusaient c’est qu’ils les trouvaient mauvais et donc ils étaient mauvais, il me fallait travailler encore mon style. Si on croit en son talent il faut travailler et travailler persévérer pour réaliser son rêve.

Un élève  : Comment choisissez-vous le titre et les noms de vos personnages ?

Yves  : Le titre vient assez rapidement quand j’ai écrit quelques chapitres. J’aime bien les titres qui ne veulent rien dire. Et les noms, parfois je les cherche sur Internet ou quand je rencontre des gens qui ont un nom qui sonne bien à mon oreille.

Un élève  : Préférez-vous écrire pour la jeunesse ou pour les adultes ?

Yves  : Je n’ai pas de préférence, cela dépend des périodes, de mon inspiration, en ce moment j’écris un roman pour adultes.

Un élève  : Vous nous avez dit lors d’une répétition, qu’avant d’écrire « Tous en Seine » vous vous étiez documenté sur les bateaux-mouches, faites-vous toujours des recherches avant d’écrire un roman ?

Yves  : Oui, c’est très important, il faut être précis, je vais sur place j’observe comment vivent les gens, comment ils parlent, connaître un vocabulaire spécifique pour traduire une ambiance. Je fais des scènes dans ma tête, je suis dans le détail de la situation. Je veux que le roman soit réel. Mon premier roman se passait à Annecy parce que c’est le lieu que je connaissais le mieux.

Un élève  : Pourquoi aimez-vous autant écrire des dialogues ?

Yves  : J’en sais rien, c’est comme ça, c’est rapide à écrire et c’est plus vivant. Je continue à m’inspirer d’Hemingway, je le relis souvent, car pour moi il a du style. Je n’aime pas décrire mes personnages : petit, grand, blond, brun … Je préfère les faire parler pour que mes lecteurs les imaginent. Quand j’écris ça va vite, j’écris vite.

Un élève  : Avez-vous exercé d’autres métiers ?

Yves  : Pour gagner ma vie, comme mes livres n’étaient pas publiés, j’écrivais des sketchs pour la radio, la télé. C’était génial parce que je pouvais vivre de mon écriture, je n’ai fait qu’écrire et je continue à le faire car j’aime ça. Un écrivain ne fait que ce qu’il aime : écrire, quand il veut, mais quand il commence un roman il doit le finir.
Moi, le matin, je m’assois à la terrasse d’un café pour prendre un crème, j’observe les passants puis je remonte chez moi et je m’installe devant mon ordinateur, je relis ce que j’ai écrit la veille et j’écris de nouveaux chapitres. C’est que du plaisir.

Un élève  : Comment vous est venue l’idée de proposer un atelier « écriture théâtre » ? Est-ce la première fois ?

Yves  : Cela fait plusieurs années que j’anime des ateliers « écriture » avec Oval et au printemps dernier j’ai pensé faire participer des enfants à l’écriture d’une pièce, de la mettre en scène car j’adore le théâtre, j’adore les dialogues, et les enfants généralement, sont de bons comédiens : ils ne « sur-jouent pas ». Moi, je ne serais pas bon sur scène, je préfère écrire.
Alors, j’ai proposé mon projet à Oval qui l’a accepté. Ça me permet aussi de revenir à Annecy, de retrouver mes copains d’enfance. Et oui, vous êtes les premiers enfants avec lesquels j’écris du théâtre et ça me plaît .

Un élève  : Avez-vous aimé partager cette aventure avec nous ?

Yves  : J’ai adoré ! Vous êtes génial ! Je me suis vraiment amusé, vous avez trouvé des gestuelles très intéressantes et drôles. Vous avez vite appris vos rôles. Vous avez tous été génial.
Je dois dire que j’étais heureux quand vous avez sorti mon livre « Bête de scène » pour le faire dédicacer, j’étais flatté de rencontrer mes jeunes lecteurs, car j’en ai bavé avant d’être publié. Et puis vous avez préparé cette interview, fait des recherches sur mes livres sur internet, c’est que du bonheur pour un écrivain, pour moi.
Ce sera le mot de la fin : « J’ai adoré »

JPEG - 254.8 ko

Nous remercions chaleureusement Yves Hughes qui a su nous transmettre sa passion de l’écriture. Son interview était si vivante que nous voyions un scénario pour chacune de ses réponses.

La classe de CM2b et leur institutrice Véronique Fantasia


Haut de page
Charles Péguy
École, Collège, Lycée privés
sous contrat d’association
80, avenue Parmentier 75011 Paris
Tél : 01 48 05 16 47 - Fax : 01 43 38 94 92